samedi 5 janvier 2013

En décembre, un beau weekend en Belgique sur la tournée de Michèle Torr!
Sur la grand place par une nuit glacée, sur la place du Sablon avec Betty Boop et dans la voiture après un peu trop de shopping...



Retrouvez sur son dernier album, Chanter c'est prier, les quatre chansons que je lui ai écrites: Chanter c'est prier, Toi qui m'as tant donné, Chante et Quand vint la grâce.

vendredi 4 janvier 2013

Le 6 février, après Si le bonheur m'était conté

Parution de  

Si l'amour m'était conté...

50 nouvelles leçons de sagesse du monde entier

 aux éditions Payot


Préface

        Les contes sont de petits cailloux jetés çà et là sur nos chemins, des repères de poésie et de lumière tracés dans la mémoire de l’humanité. On les oublie parfois, occupés que nous sommes à vivre, mais un jour que nous avons perdu le nord, semés dans le désert, ils se rappellent à nous et nous orientent. Avec les contes pour monture, je parcourus des vies où tous les possibles avaient enfin leur chance, des territoires magiques où les hommes marchaient en plein ciel, où les oiseaux et les arbres prenaient la parole. Au fil des histoires que je glanais, sous mes semelles de vent je vis s’accomplir des miracles et se dénouer des secrets de vie. A m’engouffrer dans des forêts profondes et des palais de nuages, à marcher dans les pas de fourmis et de géants, à espionner les magiciens ou à contempler les princesses, je sentis palpiter le cœur du monde. Enferrés dans le réel, perpétuellement ballottés dans nos quotidiens chahutés, n’oublie-t-on pas cette douce pulsation, ce charmant murmure? De chaque promenade, je tirai de la joie et tant d’émotion ; je trouvai des réponses simples à des questions compliquées, des réparations à des blessures, des consolations à des chagrins.

Après Si le bonheur m’était conté, une première aventure littéraire en quête de leçons de sagesse, s’est imposé un nouveau périple, aux sources de l’amour celui-ci. Je savais ce voyage lourd de promesses et de tumultes… L’amour n’est-il pas un territoire insondable et fascinant, périlleux mais irrésistible ? Peuplé d’abîmes et de sommets, parcouru de mers déchaînées, écrasé de pleins soleils et balayé d’orages fracassants, il demeure notre refuge favori, cet eldorado dont nos existences ne peuvent jamais longtemps s’éloigner. Que sommes-nous sans lui ? Des pantins désarticulés et sans souffle, des âmes grises, des errants désespérés.

Au fil des traditions tsigane, soufi, africaine ou yiddish, de contes arabes, espagnols ou japonais, de légendes amérindiennes ou chinoises, et jusque dans les mythes gréco-latins, j’ai ainsi croisé l’amour. J’ai vu sa silhouette légère et envoûtante, les frissons qu’il laisse sur la peau de ses proies, les sourires qu’il dessine sur leurs visages, la joie qu’il sème dans les coeurs. Et aussi les larmes, la folie, les cris, le désarroi et même la mort lorsque, sans égard, il se dérobe. L’amour va de délices en pièges, court d’extases en trahisons, et il faut pour lui plaire de la patience et de l’adresse, pour le garder quelque finesse et non moins de malice. En marchant les bras chargés de ces histoires venues du bout du monde et du fin fond des temps, on se réjouit que l’amour puisse tout. Je vous confirme qu’il protége et guérit, donne toutes les audaces et anéantit les peurs. 

 De fable en fantaisie, vous connaîtrez ici les vertiges de l’amour, vous emprunterez à pas de velours les sentiers escarpés qui mènent à l’âme sœur, à cette moitié de nous dont la recherche nous occupe à vie, au-delà parfois. Chemin faisant, vous accompagneront des parfums enivrants, des poètes et des jaloux, des musiques et des enchanteurs, des fous d’amour, un roi lune, des papillons, des dieux, et tout simplement des amants au cœur battant. Six étapes guideront ce voyage amoureux, six chapitres pour 50 histoires : L’amour au commencement, De la folie d’aimer, Les sortilèges de l’amour, Petits arrangements avec l’amour, Désirs, malices et autres coquineries et A mourir d’amour. Six chapitres pour un septième ciel…




Critique d'Evelyne Bloch-Dano dans Marie-Claire - Décembre 2012

Critique de Delphine Péras dans L'express- Novembre 2012

Parution le 31 octobre de l'édition poche de BARBARA
 
David Lelait-Helo
Barbara
Collection « Documents »
155 x 235, quelques photos, environ 250 pages

 « La chanson est une conversation », se réjouissait Barbara, disparue en novembre 1997 à l’âge de soixante-sept ans, et c’est bien une conversation que renoue David Lelait en mêlant au récit biographique les mots de celle qui se voulait une « murmureuse » – paroles de chansons, interviews, confidences...
De Barbara il traduit les colères et le mal de vivre ; avec elle il feuillette le livre jauni de ses amours, il égrène les souvenirs d’une enfant juive que la guerre a jetée sur les routes puis d’une femme qui a renoncé au couple pour chanter comme on prend le voile.
« Refaire le chemin de sa vie, confie-t-il, c’est s’enfoncer dans des forêts profondes et tendre sa joue à des bruissements d’ailes. C’est aussi découvrir les fantaisies d’une espiègle dont les proches jurent qu’elle était la femme la plus drôle du monde, prête à tout pour une blague. »
Bel hommage que ce livre, mais aussi bel exploit littéraire alors qu’on a déjà beaucoup écrit sur cette artiste dont on ignore pourtant bien des vérités.