samedi 2 juillet 2016

 
Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri

Roman à paraître le 13 octobre 2016

David Lelait-Helo


Dès l’enfance, Milou a des ambitions qui ont de quoi surprendre. Dans la cour de récréation, ce drôle de petit garçon aime jouer à la princesse, et faire de ses copines ses soldats. Il s’imaginera aussi un destin dans la peau d’un monstre orange, le Casimir de L’île aux enfants, avant de se mettre en tête qu’il est la plus puissante des reines d’Égypte.
Mais quand il a treize ans, une voix fait chavirer tous ses projets. Celle de Nana Mouskouri.
C’est décidé : il sera cette femme-là !
Que d’embûches… Car Milou n’est pas grec, il ne porte ni lunettes ni longue robe pailletée, il ne sait pas chanter et, pire que tout, il découvre, effaré, qu’il est un garçon.
Pourtant, Milou a plus d’un tour dans son sac…
Son truc à lui, au fil des années, jusqu’au soir de ses quarante ans, c’est de défier le réel pour suivre son rêve. Un rêve qui le mènera bien plus loin qu’il ne l’avait imaginé…

Le récit d’un homme qu’un rêve d’enfance a guidé et sauvé de tout. David Lelait-Helo pose la question de la construction de soi au fil de l’enfance et de l’adolescence. Il nous parle de notre quête d’idéal, de notre part de rêve, de la complexité de notre identité, mais aussi du jeu trouble de l’identification du fan avec la star.




lundi 30 juin 2014

PARUTION LE 23 OCTOBRE 2014
 
-->
D’entre les pierres

Un roman de David Lelait-Helo



Je ne suis pas un homme, pas une femme.
Pas un enfant non plus.
Ni un animal.
Je suis une maison.
Oui, une maison. Avec un toit aux tuiles piquées de mousse couleur topaze, des murs usés, des planchers tannés, un fier escalier aux marches fatiguées, un patio serti de fleurs et coiffé de ciel, des fenêtres pour voir, des rideaux par pudeur et des volets pour le repos du soir. Une vraie maison. Habitée, meublée, aérée, peinte, décorée, chauffée. Aimée aussi. Et vieille (...)  
Les murs ont des oreilles, il faudra vous y faire. Vous l’avez souvent dit, sans jamais y croire. Car vous ne le vouliez pas, mais je vous place aujourd’hui au pied du mur, excusez le jeu de mots, je suis blagueuse (...) Ah si les murs pouvaient parler... Je vous le dis, ils parlent. Haut et clair. Entendez mon langage : mes parquets grincent en mille bavardages, mes boiseries craquent en petits cris et en dépit de mon grand âge, mes fenêtres voient loin, bien au-delà de l’avenue que je borde. Au-delà du temps qui passe et par-delà les siècles. Le passé de ma ville, pourtant tapi dans les profondeurs de la terre, traverse mes fondations, arpente mes planchers, court par les nervures de mes marbres, se frotte au grain de ma pierre. L’Histoire ne s’écrit pas dans les livres, elle se respire. A l’encre et au papier, elle préfère le vent et le sang. La ville et moi faisons depuis si longtemps racines communes que nos sèves ont fini par se mêler, nos mémoires par se confondre.

Une très ancienne maison de Buenos Aires prend la parole qu’on ne lui avait jamais donnée. A l’heure d’être détruite, elle révèle ce qu’elle a vu et gardé trop longtemps secret : le drame de Soledad Salvador, la femme qui aura vécu entre ses murs plus de cinquante ans, un drame qu’elle a été impuissante à empêcher... Au fil de récits de vies, la maison, rescapée de temps révolus, évoque entre rêve et réalité la fondation de la ville cinq siècles plus tôt, l’immigration qui au XIXème siècle a donné le jour à l’Argentine, le mythe Eva Peron, la dictature durant les années 70.
Ce roman traite du lien intime que nous entretenons avec notre décor et des secrets dont regorgent nos vies. Il est un voyage au cœur des mythologies argentines, une rêverie qui renferme de grandes leçons de vie, d’amour et de paix.

David Lelait-Helo, 42 ans, est l’auteur de Poussière d’homme, Sur l’épaule de la nuit, C’était en mai un samedi, de plusieurs livres de contes philosophiques et de nombreuses biographies (Eva Peron, Maria Callas, Barbara, Edith Piaf...)

lundi 13 janvier 2014

Le 23 janvier paraîtra chez Pocket l'édition poche de

             Si le bonheur m’était conté…

     50 leçons de sagesse du monde entier

Et si le secret du bonheur se cachait dans les contes ?

En quête de ce trésor-là, David Lelait-Helo a déniché pour nous des contes oubliés semés aux quatre vents, des histoires yiddish, tsiganes, arabes ou africaines, des légendes d’Amérique latine ou d’Inde, des leçons de sages chinois, apaches ou grecs.

Tous conjuguent simplicité et sagesse, naïveté et puissance. Tous recèlent la même joie précieuse. Tous ont ce pouvoir magique d’apaiser nos maux intimes. Avec eux tout devient possible. On sera étonné de découvrir combien les rêveries qu’ils transportent, cheminent peu à peu en nous jusqu’à nous délivrer le passeport, intemporel et universel, qui permet de vivre le réel avec bonheur.


dimanche 1 septembre 2013

Dans quelques jours, à l'occasion du 50ème anniversaire de la disparition d'Edith Piaf, réédition (avec nouvelle couverture) de "PIAF" aux éditions Payot, un livre que j'avais consacré à la chanteuse pour la première fois en 2003.

lundi 1 avril 2013

Le 6 juin, Sur l'épaule de la nuit sortira chez Pocket...

samedi 5 janvier 2013

En décembre, un beau weekend en Belgique sur la tournée de Michèle Torr!
Sur la grand place par une nuit glacée, sur la place du Sablon avec Betty Boop et dans la voiture après un peu trop de shopping...



Retrouvez sur son dernier album, Chanter c'est prier, les quatre chansons que je lui ai écrites: Chanter c'est prier, Toi qui m'as tant donné, Chante et Quand vint la grâce.

vendredi 4 janvier 2013

Le 6 février, après Si le bonheur m'était conté

Parution de  

Si l'amour m'était conté...

50 nouvelles leçons de sagesse du monde entier

 aux éditions Payot


Préface

        Les contes sont de petits cailloux jetés çà et là sur nos chemins, des repères de poésie et de lumière tracés dans la mémoire de l’humanité. On les oublie parfois, occupés que nous sommes à vivre, mais un jour que nous avons perdu le nord, semés dans le désert, ils se rappellent à nous et nous orientent. Avec les contes pour monture, je parcourus des vies où tous les possibles avaient enfin leur chance, des territoires magiques où les hommes marchaient en plein ciel, où les oiseaux et les arbres prenaient la parole. Au fil des histoires que je glanais, sous mes semelles de vent je vis s’accomplir des miracles et se dénouer des secrets de vie. A m’engouffrer dans des forêts profondes et des palais de nuages, à marcher dans les pas de fourmis et de géants, à espionner les magiciens ou à contempler les princesses, je sentis palpiter le cœur du monde. Enferrés dans le réel, perpétuellement ballottés dans nos quotidiens chahutés, n’oublie-t-on pas cette douce pulsation, ce charmant murmure? De chaque promenade, je tirai de la joie et tant d’émotion ; je trouvai des réponses simples à des questions compliquées, des réparations à des blessures, des consolations à des chagrins.

Après Si le bonheur m’était conté, une première aventure littéraire en quête de leçons de sagesse, s’est imposé un nouveau périple, aux sources de l’amour celui-ci. Je savais ce voyage lourd de promesses et de tumultes… L’amour n’est-il pas un territoire insondable et fascinant, périlleux mais irrésistible ? Peuplé d’abîmes et de sommets, parcouru de mers déchaînées, écrasé de pleins soleils et balayé d’orages fracassants, il demeure notre refuge favori, cet eldorado dont nos existences ne peuvent jamais longtemps s’éloigner. Que sommes-nous sans lui ? Des pantins désarticulés et sans souffle, des âmes grises, des errants désespérés.

Au fil des traditions tsigane, soufi, africaine ou yiddish, de contes arabes, espagnols ou japonais, de légendes amérindiennes ou chinoises, et jusque dans les mythes gréco-latins, j’ai ainsi croisé l’amour. J’ai vu sa silhouette légère et envoûtante, les frissons qu’il laisse sur la peau de ses proies, les sourires qu’il dessine sur leurs visages, la joie qu’il sème dans les coeurs. Et aussi les larmes, la folie, les cris, le désarroi et même la mort lorsque, sans égard, il se dérobe. L’amour va de délices en pièges, court d’extases en trahisons, et il faut pour lui plaire de la patience et de l’adresse, pour le garder quelque finesse et non moins de malice. En marchant les bras chargés de ces histoires venues du bout du monde et du fin fond des temps, on se réjouit que l’amour puisse tout. Je vous confirme qu’il protége et guérit, donne toutes les audaces et anéantit les peurs. 

 De fable en fantaisie, vous connaîtrez ici les vertiges de l’amour, vous emprunterez à pas de velours les sentiers escarpés qui mènent à l’âme sœur, à cette moitié de nous dont la recherche nous occupe à vie, au-delà parfois. Chemin faisant, vous accompagneront des parfums enivrants, des poètes et des jaloux, des musiques et des enchanteurs, des fous d’amour, un roi lune, des papillons, des dieux, et tout simplement des amants au cœur battant. Six étapes guideront ce voyage amoureux, six chapitres pour 50 histoires : L’amour au commencement, De la folie d’aimer, Les sortilèges de l’amour, Petits arrangements avec l’amour, Désirs, malices et autres coquineries et A mourir d’amour. Six chapitres pour un septième ciel…